Ernest Renan

RENAN (1823-1892)

De L’avenir de la science à L’examen de conscience philosophique (1889), pendant quarante ans, Renan est resté fidèle à ses options initiales. Qu’ il traite d’histoire, de morale, de philosophie, ou de critique littéraire, ce sont toujours les mêmes traits qu’il révèle : négation du surnaturel, confiance en la nature des lois, affirmation de la primauté de l’esprit … Aussi n’est-il pas excessif de dire que l’œuvre de Renan résume à elle seule, le XIX è siècle français. L’homme qui a donné son nom au lycée est né en 1823 à Tréguier dans les Côtes-d’Armor (ci-contre la Cathédrale de Tréguier). Ses succès scolaires le font admettre au séminaire de Saint-Nicolas du Chardonnet à Paris : sa carrière ecclésiastique est toute tracée. Mais l’esprit critique dont il fait preuve dans l’examen de textes ébranle ses convictions religieuses : il renonce à la prêtrise. Il passe alors l’agrégation de philosophie, à laquelle il est reçu premier et commence une brillante carrière universitaire. Passionné de philosophie, il écrit l’histoire des langues sémitiques. Chargé d’une mission archéologique en Palestine, il y écrit La Vie de Jésus qui connaîtra un succès considérable. A son retour en France, il est nommé professeur au Collège de France où sa leçon inaugurale fait scandale . N’y présente-t-il pas Jésus comme « un homme incomparable » ? Révoqué, il se consacre à l’ Histoire des Origines du Christianisme. En 1870, il est réintégré. C’est la période des succès, des publications multiples, des honneurs . Il est élu en 1878 à l’Académie française. En 1883 il publie ses Souvenirs d’enfance et de jeunesse qui reprennent la célèbre Prière sur l’Acropole. Homme de réflexion, homme d’une profonde culture, historien authentique, écrivain de talent, il a suscité les plus vives polémiques. L’exemple d’un homme qui a consacré sa vie à la recherche de la vérité sans hésiter à se remettre lui-même en cause, lié à sa Bretagne natale mais portant loin son regard dans l’espace et le temps, ne peut être que vivifiant pour l’esprit des lycéens d’aujourd’hui.

«